Ce que le méthanol a de mauvais sur toi

Il y a eu beaucoup de confusion entre le propylène glycol (PG), le diéthylène glycol, l’éthylène
glycol, et le polyéthylène glycol (PEG). Bien qu’ils aient tous des noms à consonance similaire, ces
Les produits chimiques ont des cotes de sécurité différentes. Le propylène glycol est un humectant populaire (un ingrédient qui
aide à attirer l’humidité de l’air vers la peau) et un activateur de pénétration utilisé dans de nombreux produits cosmétiques
produits. Elle aide les produits tels que les déodorants en bâton à conserver leur forme solide et empêche leur fusion. Le site
La FDA considère que le propylène glycol est “généralement reconnu comme sûr” pour une utilisation dans les aliments, les cosmétiques et
les médicaments. Cependant, elle a interdit ce produit chimique dans les aliments pour chats en 2001.
L’éthylène glycol est considéré comme moins sûr. En dehors de son utilisation dans les antigels et les liquides de dégivrage,
l’éthylène glycol est présent dans les solutions de développement photographique, les liquides de frein hydrauliques et les encres utilisées
dans les tampons encreurs, les stylos à bille et les imprimeries. Il y a une dose plus élevée d’éthylène glycols dans les
des shampoings et des produits de lavage pour bébés, afin de les rendre “moins irritants” pour la peau très fine du bébé.
Le diéthylène glycol est toxique pour les humains et les animaux. Il n’est pas autorisé dans l’alimentation et les médicaments, mais peut être
que l’on trouve dans le polyéthylène glycol en très faibles concentrations.
Le polyéthylène glycol (PEG) est un autre ingrédient cosmétique populaire. Il est fréquemment utilisé dans les produits cosmétiques “naturels”.
cosmétiques ainsi que dans les laxatifs et autres médicaments qui doivent être délivrés dans un emballage glissant et sirupeux
formulaire. Le PEG, tout comme le propylène glycol, est également utilisé comme agent de conservation des aliments. Il est généralement considéré comme
sûr à utiliser par les fabricants de cosmétiques “avec une concentration maximale d’utilisation de 20 %”, avec une
d’avertissement : “Sur la peau endommagée, les cas de toxicité systémique et de dermatite de contact chez les brûlés ont été
attribué à une pommade topique à base de PEG” (Groupe d’experts CIR 2006).

Facebook Comments